YouTube : terre promise du journalisme Congolais 3.0  

par AvatarAmory Lumumba 4 Déc 2020

Ils s’appellent Fabien Kusuanika (74.5k followers), Marius Muhunga (92.6k followers) ou encore Pero Luwara (44.3k followers). Les journalistes congolais 3.0 cumulent des dizaines de milliers de followers sur YouTube. Leurs interventions sont quasi quotidiennes et constituent de véritables rendez-vous pour les internautes. L’impact du digital sur le journalisme congolais est inédit.

Comment expliquer l’émergence des journalistes congolais 3.0. Quid du secret de leurs réussites ? Qui sont-ils ? Éléments de réponse.

L’émergence des journalistes congolais 3.0 n’est pas le fruit du hasard. Elle est la conséquence direct d’un climat médiatique hostile sur le territoire national cumulé à une prise de conscience politique d’un peuple en quête de réponses. Dès lors, YouTube représente une formidable opportunité d’émancipation des canaux traditionnels d’information.

Une nouvelle façon d’informer

Les journalistes congolais 3.0 cassent les codes. Ils rassemblent autour d’eux d’impressionnantes communautés. Contrairement au journalisme d’information classique, ils ne sont pas astreints au devoir d’objectivité et donnent leur avis sans réserve.

Ils se démarquent par une liberté de ton particulièrement appréciée de leurs followers. Issus de la diaspora pour nombre d’entre eux, cette liberté s’explique en grande partie par leur éloignement géographique du territoire national. 

Les vidéos durent entre 40mn et 2h30 et sont souvent diffusées en direct. Les débats sur les live-chats sont vifs et rendent les diffusions interactives. À cet égard, des séquences de “libre antenne” sont parfois organisées où les internautes ont l’opportunité de participer aux débats. 

Le format vidéo renforce le sentiment de proximité des internautes. “Quand il rit, je rigole aussi devant mon écran”, réagira une personne interviewée.

L’engagement de ces nouveaux acteurs participe à consolider le pont entre la diaspora congolaise à travers le monde et les affaires du pays. Face au torrent d’informations émanant de la RDC, ils se posent en catalyseurs.

Le format online permet notamment à la diaspora de participer aux grands débats qui animent la vie économique, politique et sociale du pays. Plus largement, il permet à chaque citoyen d’accéder à une information analysée et contextualisée. 

Journalisme en RDC, un métier à haut risque 

(cliquer pour agrandir)

La loi fondamentale semble claire “en intention”. Malheureusement, la Constitution n’est pas soutenue par des dispositions légales suffisamment robustes. Des carences qui ne permettent pas de garantir un cadre légal favorable à la liberté de la presse. 

Évoquons notamment le volontaire flou autour des définitions de délits de presses et d’outrages au Chef de l’Etat. Deux arguments régulièrement utilisés par les autorités pour museler la presse congolaise. Pour aller plus loin sur l’aspect légal, l’article de leganews.cd (référence en matière d’information juridique congolaise) sur la liberté de la presse en RDC est édifiant.

(cliquer sur l’image pour agrandir)

La RDC occupe une bien triste 150ème  place mondiale (sur 180) au classement 2020 de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières. S’il faut concéder que la RDC a gagné 4 places en deux ans, le rapport note néanmoins que les violences et autres formes d’intimidation envers les journalistes ont repris de plus belle après une relative accalmie post-électorale. 

(cliquer sur l’image pour agrandir)

Aux quatre coins du pays, la liberté d’expression est foulée au pied1Arrestations, agressions, menaces, médias suspendus, pillés ou saccagés, les atteintes à la liberté de la presse, qui avaient connu un léger recul à l’arrivée du nouveau président Félix Tshisekedi au pouvoir en janvier 2019, se maintiennent à un niveau alarmant.. Activistes, hommes et femmes politiques, manifestants, journalistes sont persécutés pour les opinions qu’ils tiennent ou qui leurs sont prêtées.

Et si l’émergence d’un journalisme connecté et engagé constituait la réponse digitale à la situation de la presse en RDC ?

Portraits*

Interviews, analyses de discours/déclarations, interprétation de textes juridiques en direct, espaces de libre antenne. Autant de séquences où les nouveaux acteurs mobilisent compétences et communautés digitales au service de l’information.

Ils nourrissent le débat en proposant des analyses politiques et/ou en créant des environnements favorables à la confrontation d’idées. Partons ensemble à la découverte de trois d’entre eux.

Fabien Kusuanika – L’hybride (Bruxelles – BELGIQUE)

(cliquer sur l’image pour agrandir)

Journaliste, acteur, chanteur, auteur, réalisateur, Fabien Kusuanika est un caméléon. Il propose des analyses politiques, des interviews ainsi que des reportages terrains grâce à une équipe basée à Kinshasa qu’il a pu financer grâce à la fidélité de sa communauté de followers.

Télé Tshangu consulte régulièrement sa communauté digitale – YouTube

Le journaliste a su fédérer une véritable communauté autour de son média. Une fidélité qui renforce sa visibilité et permet à la chaîne de consolider sa présence sur le territoire national comme à l’échelle internationale.

Soucieux d’atteindre le plus grand nombre, Fabien Kusuanika s’exprime en “Frangala”. Un choix hybride mêlant Lingala et Français. Un compromis efficace rendant le contenu de la chaîne tout aussi accessible à la diaspora maîtrisant mal le Lingala qu’aux locuteurs du Lingala maîtrisant mal le Français.

Visiter la chaîne YouTube Télé Tshangu

Marius Muhunga – Le Moderne (Washington – USA)

(cliquer sur l’image pour agrandir)

Marius Muhunga est diplômé en Science des Médias et Communication à l’Université de Full Sail (USA). Il se distingue par une utilisation efficace de la technologie. Ses directs sont diffusés simultanément sur YouTube, Facebook et parfois même sur la télévision kinoise. 

Conformément au slogan de son émission “Informer Sans Manipuler”, le journaliste livre moins souvent son opinion que ses confrères. Il compense par l’accueil régulier d’experts de tous bords invités à commenter la vie politique congolaise à ses côtés. 

Marius excelle tout particulièrement dans l’art de l’interview (personnalités politiques, société civile, citoyens). Fort de son plateau moderne et interactif, il répond parfaitement aux codes modernes de l’information. Une caractéristique récompensée par une popularité croissante.

Visiter la chaîne Youtube Marius Muhunga TV

Pero Luwara – L’Explosif (Kinshasa – RDC)

(cliquer sur l’image pour agrandir)

Régulièrement traîné en justice à cause de ses prises de positions au sein de sa chaîne YouTube CPL TV. Le journaliste aurait également échappé à une tentative d’assassinat.

Pero Luwara n’a pas froid aux yeux. Si la plupart des journalistes connectés officiant sur YouTube sont basés à l’étranger, lui travaille depuis Kinshasa, avec les risques que cela implique.

Dans un style offensif, l’ancien journaliste de Digital Congo dénonce régulièrement les écarts des acteurs politiques et personnalités de la place. Le ton est franc, direct et passionné. Seuls les débateurs les plus téméraires se rendent sur son plateau pour y porter la contradiction.

Visiter la chaîne YouTube CPL TV

 

D’autres journalistes congolais sur YouTube :

 

*Les positions politiques tenues par les journalistes dont les portraits ont été établis ne représentent pas les opinions personnelles de l’auteur. Ces derniers ont été choisis selon des critères de popularité et compte tenu de leurs caractéristiques propres.

 Amory Lumumba

laissez un commentaire.